Où se recueillir en cas de crémation?

Image

Quelle que soit la raison de ce choix, la crémation suscite parfois des questions relatives au recueillement des proches. Ceux qui restent pourront-ils se retrouver dans un lieu dédié, leur sera-t-il possible de déposer des fleurs ou des souvenirs ? Peut-on concilier le souhait d’un monument et crémation ?
Pour vous, PFG fait le point.

Rappel : le statut des cendres

La loi est claire : "le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres (...) doivent être traités avec respect, dignité et décence." Leur devenir est strictement réglementé. A titre d'exemple, sachez qu'elles ne peuvent plus être conservées à domicile, comme cela était possible pour les crémations survenues avant 2008.

Les lieux de recueillement sont donc soumis à des paramètres légaux, quoique rien n'empêche l'organisation d'un hommage libre, à la date anniversaire du décès notamment, et dans un endroit qui ait du sens pour le défunt.

Le respect dû au corps humain ne cesse pas avec la mort. Les restes des personnes décédées, y compris les cendres (...) doivent être traités avec respect, dignité et décence

Si les cendres sont préservées...

Plusieurs possibilités existent, notamment dans les cimetières avec différents monuments. Ces derniers matérialisent le lieu de mémoire pour les proches.

L’inhumation de l’urne dans un columbarium
Il est possible de choisir une place dans un édifice collectif : le columbarium. Cette construction hors-sol est constituée de cases également appelées "niches" qui accueillent les urnes. Elles offrent souvent une zone personnalisable comme une porte à graver avec un soliflore. Des tablettes permettent aussi aux proches de déposer un objet ou des fleurs en souvenir de la personne disparue. Une niche peut généralement accueillir entre 1 et 4 urne(s).

• L’inhumation de l’urne dans un terrain du cimetière
Le choix le plus évident est d’inhumer l’urne comme on le ferait pour un cercueil. Les mêmes possibilités s’offrent d’ailleurs aux familles qui peuvent opter pour l’inhumation en pleine terre ou dans un espace maçonné appelé cavurne.

• Dans une concession cinéraire (1 m²)
Sur cette concession, comme pour l’inhumation d’un cercueil, un monument peut être posé. Les dimensions sont alors adaptées. La pierre du souvenir est personnalisable et regroupe les urnes d’une même famille (2 à 4 urnes). Ce type de sépulture permet un fleurissement individuel en un lieu de recueillement privé.
Paradoxalement la diversité d’expression est plus riche au travers d’un monument cinéraire qu’au travers d’un monument posé sur une sépulture traditionnelle.

Dans une concession classique (2 m²)
Par ailleurs, il est possible de faire construire un monument spécial dit «mixte» en granit ou en pierre qui va matérialiser l’emplacement du ou des cercueil(s) enterrés dessous et accueillir en son sein la ou les urne (s) à la manière d’un columbarium privatif. Il est également possible de sceller une urne sur une sépulture existante ou de l’inhumer sous le monument, comme un cercueil. Ces alternatives permettent notamment de concilier des volontés funéraires différentes (inhumation et crémation) au sein d’un couple ou d’une famille.

Dans tous les cas, le lieu de repos est clairement identifié. Les proches peuvent venir s'y recueillir et y déposer des vases ou jardinières et tout autre objet du souvenir (plaques, bronzes, emblèmes, photos en céramique...) pour honorer la mémoire du défunt. Cette destination des cendres au sein d’un cimetière rassure les familles qui ne sont alors pas en rupture totale avec la tradition.

Nous contacter

Appeler 24h24, 7j/7 au 3123

Prendre rendez-vous

Trouver l'agence la plus proche

Si les cendres sont dispersées...

La loi autorise la dispersion des cendres en pleine nature. A défaut, la dispersion ne peut avoir lieu que dans un cimetière ou dans un site cinéraire.

En pleine nature
Si les cendres sont dispersées en pleine nature ou en pleine mer (hors voies publiques et voies navigables) comme cela est permis (après déclaration), le lieu de recueillement sera moins précis. Même si le lieu a une résonance particulière pour le défunt ou pour ses proches, il ne sera pas pour autant consacré pour les autres personnes qui fréquentent ce lieu.

Dans un jardin du souvenir
La dispersion peut aussi se faire au sein d’un cimetière ou site cinéraire aménagé. Cet espace est généralement appelé Jardin du souvenir. Cet espace, collectif par nature, ne propose pas d'emplacement privatisé pour se recueillir. Cependant, les communes permettent souvent de laisser une trace du défunt (gravure, pose de plaques, etc...). Les proches peuvent s'y retrouver et s'y promener.

Le choix de l'urne
C’est une étape importante devant répondre à des contraintes objectives liées notamment à la destination des cendres, mais également une étape chargée d’émotion et de symbolique, puisque c’est l’écrin qui va recueillir les cendres du défunt. Il existe une large gamme d’urnes aux modèles, styles, formes, couleurs et matériaux variés permettant de répondre à toutes les destinations, tous les budgets, mais également à tous les goûts.

Nos dossiers conseils

comment faire vivre la mémoire du défunt

Après les obsèques, comment faire vivre la mémoire du défunt ?

Pour prolonger l’hommage rendu à un être cher après les obsèques, chacun peut en fonction de ses convictions organiser des temps de recueillement: cérémonies civiles ou religieuses, réunion de fami…

choix de la crémation

Vivre son deuil après une crémation

Même si la crémation est aujourd’hui de plus en plus répandue en France, elle pose toujours des questions à la famille et aux proches, notamment sur le travail de deuil qui l’accompagne et la façon…

Guide-etapes-deuil-lanterne

Aider ses proches à gérer le temps de l'après-obsèques

On oublie souvent que les conséquences d'un décès perdurent bien après la cérémonie. Heureusement, il existe des services et des associations qui aident les proches à surmonter leur chagrin et à fa…