La pédagogie du deuil

Le deuil et la crémation

La crémation est aujourd’hui, en France, un choix fait par un nombre toujours croissant de personnes.

Cependant et pour plusieurs raisons, la crémation peut entraîner certains problèmes pour la famille et les proches.

En effet, très souvent les proches ne savent pas ce que signifie techniquement la crémation, ce qu’ils pourront faire ou ne pas faire et quel sera le devenir des cendres.

Quelques précautions simples peuvent éviter aux familles concernées de subir des épreuves supplémentaires qui s’ajouteraient encore au douloureux parcours du deuil.

 

Parler de la crémation avant le décès

Très souvent c’est le défunt lui-même qui avait choisi la crémation. Sa famille est alors désemparée et ne comprend pas les raisons de ce choix qui va, du moins le croit-on généralement, rompre avec la tradition familiale en privant les proches de la cérémonie d’obsèques. On considère aussi que la crémation exclut la possibilité de réunir les défunts d’une famille dans un caveau familial, symbole de la mémoire de la famille, auprès duquel se recueilleront leurs descendants, alors que cela est tout à fait possible.

Le choix de la crémation peut également être ressenti par les proches comme un manque de confiance ou une volonté de disparaître totalement, ce qui pourrait être évité en l’évoquant auparavant.

En parler en famille, s’informer auprès des professionnels permettent aux proches de mieux vivre ce choix d’un être cher.

 

Peut-on faire une cérémonie lors d’une crémation ? Est-ce nécessaire ?

La crémation peut être précédée d’une cérémonie religieuse, au lieu de culte habituel et en présence du cercueil. Une cérémonie peut être également organisée au crématorium, après ou à la place de la célébration religieuse. Des lectures de textes, des prises de parole, l’écoute de musiques, des gestes d’hommage peuvent être effectués par les proches avec les professionnels du crématorium.

Un investissement personnel dans une cérémonie à l’image du défunt aide alors les proches à commencer le deuil.

Lorsqu’un temps de mémoire n’a pas pu être organisé au moment de la crémation, il peut néanmoins intervenir à une date symbolique : le jour du dépôt des cendres, à une date anniversaire ou lors d’une réunion de famille. Une cérémonie est en effet indispensable pour marquer l’adieu, honorer la mémoire du défunt et réunir les proches dans l’évocation et l’hommage.

 

Certains aspects de la crémation peuvent-ils alourdir le deuil ?

La crémation pose deux problèmes pour le déroulement du deuil.

D’une part le temps, car la durée de la crémation ne respecte pas l’ordre de la nature. Elle accélère la disparition physique de l’être cher sans donner le temps de s’y préparer.

D’autre part, le remplacement du cercueil dans un temps très bref constitue parfois un choc visuel violent pour les proches, qui peuvent avoir du mal à admettre la soudaineté de la transformation.

 

Le choix du lieu de destination des cendres est-il important pour le déroulement du deuil ?

L’être humain a besoin d’un lieu de mémoire qui donne une place aux défunts, séparée de celle des vivants. Avec la nouvelle loi du 19 décembre 2008, toutes les communes de plus de 2000 habitants doivent disposer d’un site cinéraire destiné à l’accueil des cendres. Ainsi, un espace est-il désormais officiellement prévu pour ceux, de plus en plus nombreux, qui choisissent la crémation.

Entre dépôt dans un caveau de famille, dans une sépulture cinéraire, dans un columbarium ou dispersion des cendres, il faut prendre le temps de la réflexion avant un choix qui peut être irréversible. Ainsi, chaque crématorium offre la possibilité de conserver l’urne du défunt pendant douze mois.

Même en cas de dispersion des cendres, la pose d’une plaque sur la tombe de famille ou dans un espace cinéraire symbolise le souvenir, aide au déroulement du deuil et propose un lieu de recueillement.

 

Cette plaquette a été rédigée grâce au concours de l’Autre Rive, 91, rue Mazenod, 69003 Lyon, la Fédération Française de Crémation, Marie Ireland, auteur de
« Jusqu’au bout du chemin » (1999), « Apprivoiser le deuil » (2001), Présidente de JALMALV Loire-Océan.

 

Vous pouvez vous faire aider par une association

Fédération Française de Crémation
50, rue Rodier – 75009 Paris
Tél. : 01.45.26.33.07
Internet : www.cremation-ffc.fr

FAVEC
28, place Saint Georges – 75009 Paris
Tél. : 01.42.85.18.30 – Fax : 01.45.96.01.06
Internet : www.favec.asso.fr
E-mail : info@favec.asso.fr

Vivre Son Deuil
10, rue Taylor – 75010 Paris
Ecoute téléphonique : 01.42.38.08.08
Internet : www.vivresondeuil.asso.fr
E-mail : fevsd@vivresondeuil.asso.fr

Centre de Ressources National soins palliatifs François-Xavier Bagnoud
Service accompagnement du deuil
6, avenue du Professeur André Lemierre, 75020 Paris
Tél. : 01.49.93.64.40 – Fax : 01.49.93.64.41
E-mail : cdrnfxb.accompagnement@croix-saint-simon.org
Site Internet : www.croix-saint-simon.org

Jalmalv Fédération
132, rue du Faubourg Saint Denis – 75010 Paris
Tél. : 01.40.35.17.42
Site Internet : www.jalmalv.fr  E-mail : federation.jalmalv@wanadoo.fr

​​

Les autres dossiers : PFG à vos côtés

La pédagogie du deuilNos valeurs, nos engagements

Et aussi

Découvrez l'ensemble des services et produits PFG, adaptés à votre situation, à vos souhaits et à votre budget.