Recrutement de bénévoles pour accompagner la fin de vie et le deuil

26 octobre 2020
Image
Recrutement bénévoles

Malgré les nombreuses sollicitations et la reconnaissance des personnes accompagnées, les associations traitant le deuil et la fin de vie rencontrent souvent des difficultés pour recruter de nouveaux bénévoles motivés. En effet, pour s’assurer de leur motivation, certaines associations ont mis en place un processus de recrutement précis.

Devenir bénévole : un engagement dans le temps

Les associations JALMALV Rouen et JALMALV Saint-Nazaire reçoivent régulièrement des candidatures spontanées de personnes souhaitant devenir bénévoles. Après un premier entretien plus approfondi, certains montrent un engouement trop important et souhaitent « accompagner immédiatement, sans suivre de  formations de préparation obligatoire ».

Pour Anne Masurel, présidente de l’association JALMALV Rouen, un autre élément qui peut freiner les recrutements est souvent la disponibilité des candidats : « c’est un bénévolat d’engagement donc il faut être capable de  s’investir personnellement et de façon régulière ».

 

C’est un bénévolat d’engagement donc il faut être capable de s’investir personnellement et de façon régulière.

Anne Masurel

association Jalmav

Etre bénévole : un accompagnement neutre

Toutefois, si les personnes restent motivées pour suivre les formations, les entretiens avec les psychologues révèlent parfois "qu’elles ne sont pas forcément prêtes", explique Annick Chaomleffel, un des membres fondateurs de l’association JALMALV Saint-Nazaire.

Généralement, les candidats ont déjà vécu un deuil, parfois encore trop récent ou travaillent dans le milieu médical. Il arrive alors que l’association JALMALV Rouen ne retienne pas ces candidatures, par manque de recul en tant que bénévole d’accompagnement, on ne doit pas agir au niveau médical, ni prendre position mais seulement accompagner par l’écoute. Ces personnes seront parfois tentées d’aider autrement
».

Moins de bénévoles, moins d’accompagnement

Il peut néanmoins arriver qu’il manque de candidatures correspondant au profil recherché. Cela peut alors avoir un impact sur l’activité et la visibilité des associations auprès des publics concernés par le deuil ou la fin de vie. Face aux sollicitations de certains établissements de santé par exemple, JALMALV Rouen est contrainte de « décliner certaines interventions dans ces établissements afin de ne pas épuiser les bénévoles déjà sur le terrain » et d’attendre les prochains recrutements.

Vous souhaitez devenir bénévole dans une de ces associations ? Rendez-vous sur leur site en cliquant sur le nom des associations.

Découvrir la Fondation PFG

Découvrez les missions et les actions de la Fondation PFG